Top 10 des animaux qui nous ont vachement déçus depuis qu’on a grandi

une_renard

Crédits photo (creative commons) : Kelly Colgan Azar

On apprend à lire, à écrire et à dessiner avec les animaux. Ceux que l’on croise dans les contes pour enfants, ceux que l’on voit dans les dessins animés et surtout ceux à qui l’on prête des caractères bien trempés qui justifient leur place dans le règne animal. Et en grandissant, on est amené à croiser ces bestioles en vrai, et on est en général déçu : on nous a donc vendu du rêve toutes ces années et on tombe au final sur une bonne équipe de bons à rien qui ne pense qu’à bouffer et à dormir. Pour un chien ou un chat qui tient à peu près ses promesses, combien d’animaux ont brisé nos certitudes d’enfants? Au moins 10.

  1. Le renard
    Quand on était petit, si on avait du mettre des billes dans un combat entre un loup et un renard, on aurait certainement misé sur ce dernier (à cause de sa « ruse »). Et bien vite, on réalise qu’un renard, c’est à peine plus gros qu’un furet! 6 kg censés terrifier les poulaillers ? Le moindre coq en bonne santé lui mettrait une raclée. Déception.
  2. La souris
    Qui n’a pas été affligé de voir, dans une vieille maison ou un grenier, ce qu’était vraiment un « trou de souris » ? Rien à voir avec le super boulot de rabot assuré dans Tom et Jerry, non, un trou dégueulasse, minuscule, ni fait ni à faire. Et pensez vous que la souris aménage un petit studio dans la paroi, avec un lit en boite d’allumette ? Même pas. Quand on bosse comme ça, on ne mérite pas une place prépondérante dans les dessins animés. Sans compter cette sale histoire d’argent sous l’oreiller…
  3. L’ours
    L’enfant a besoin de repères. Et dans sa tête, la chaîne alimentaire repose sur un élément fondamental : l’ours mange du miel, qu’il va chercher avec ses grosses pattes dans des troncs (?) malgré la colère des abeilles. Et en fait, un ours, ça bouffe n’importe quoi, tout ce qu’il trouve par terre, des racines, des noix et, éventuellement, une brebis s’il y en a une qui passe dans le coin. Donc oui, l’ours mange du miel, mais il mangera de la même manière un Filet-O-Fish si vous lui en jetez un. Dans la vraie vie, Winnie aurait bouffé Porcinet dès le deuxième épisode. Et Bourriquet dans le suivant.
  4. Le Loup
    Vous pouvez traumatiser votre gamin en lui racontant des histoires de loup dévorant des grand-mères et des Petits Chaperons rouges, décrire ses crocs acérés et le filet de bave s’écoulant de ses babines, quand il en verra un en vrai, il le prendra pour un chien. Et voudra jouer avec. Parce que c’est trop mignon un loup. Bordel! Ça n’a pas à être mignon un loup!
  5. Le Lombric
    La première info qu’on reçoit sur le ver de terre, c’est qu’on peut le découper pour en augmenter la population. C’est en fait des conneries, et c’est bien le côté où sont situés les organes vitaux qui peut, éventuellement, survivre. Ceci dit, cet animal peut avoir deux paires de testicules, ce qui attise quand même la curiosité.
  6. Le Pigeon
    Le pigeon, derrière son air con, a hérité d’une prestigieuse réputation de facteur, transportant des messages entre alliés par temps de guerre. Et un jour, on apprend qu’un pigeon, tout ce qu’il sait faire, c’est rentrer chez lui. Il fallait donc garder des pigeons originaires de chez nos potentiels correspondants, mais pas trop longtemps, sinon le pigeon il prend ses aises. Le pigeon est intelligent, mais moins qu’un employé des Postes. Un monde s’écroule.
  7. Le Caméléon
    Avant de voir un caméléon en vrai, on imagine qu’il a trouvé la formule pour devenir invisible. Le jour où en voit un, et on est assez déçu par son camouflage merdique. Tu te fous de ma gueule ? T’es caché là ? Et en se renseignant un peu, on découvre que l’animal change de couleur essentiellement pour impressionner les gonzesses. Et également pour signifier à un congénère qu’il ne faut pas trop le faire chier. Mais pour se planquer, il fait comme tout le monde, il se met dans un trou.
  8. Le Serpent
    On a toujours imaginé qu’un serpent, c’était super dangereux, mais qu’avec un air de flute, on pouvait le rendre docile, tant le reptile a le sens du rythme. Là encore, conneries. On apprend très vite que l’animal est pratiquement sourd et qu’il sort du panier avec les vibrations du mec qui tape du pied. Et non, le serpent ne peut pas vous hypnotiser.
  9. Le Diable de Tasmanie
    Pour être la star de la cour d’école, il suffisait de savoir imiter le Diable de Tasmanie des cartoons, postillonnant abondamment et tournant sur soi-même comme un possédé. Ou alors faire des bruits de pet avec son aisselle, mais ne nous égarons pas. Toujours est-il qu’un diable de Tasmanie n’a de diabolique que son odeur : le bougre peut boucaner comme un sconse quand il est tendu. Et sentir le putois, ça n’a jamais fait d’un gamin la star de son école.
  10. La Tortue
    Achevons de briser nos illusions d’enfant avec cet animal, incarnant jusqu’ici la sagesse et la patience, et que l’on découvre adepte de pratiques sexuelles douteuses :

Et vous, vous préfériez les animaux des contes ou les vrais ?


via topito.com