Top 10 des choses que les femmes n’ont toujours pas le droit de faire en Arabie Saoudite, conduire c’est bien mais on veut plus

Youpi. Hourra. Joie. Bonheur. Alors que l’Arabie Saoudite était le dernier pays au monde à ne pas autoriser aux femmes le droit de conduire, le roi Salmane a annoncé par décret la fin de cette interdiction qui prendra effet en juin 2018 après le prochain Ramadan. Les femmes saoudiennes pourront désormais passer leur permis de conduire sans l’accord de leur tuteur et conduire sans ce dernier. Tout ça s’inscrit bien sûr dans une nouvelle politique économique nécessitant une meilleure intégration des femmes dans la société et une réduction des coûts que cette interdiction impliquait (en moyenne 900 € dépensés par mois pour un chauffeur privé qui pourra conduire madame). Bref c’est bien sympa mais y’a encore du boulot pour que les femmes soient considérées comme des êtres responsables dans ce pays ultra-conservateur.

1. Elles ne peuvent pas faire d’études sans l’accord de leur tuteur

Alors bien sûr ce n’est pas une interdiction en tant que telle mais on peut partir du principe qu’avoir l’obligation de demander à son père, son frère ou n’importe quel tuteur légal de type masculin si l’on a le droit ou non de faire telles études, c’est assez problématique. Et le truc rigolo (vous allez voir c’est MDR de fou) c’est que malgré les 60 % de femmes diplômées seules 23 % représentent la masse salariale.

2. Elles ne peuvent pas voyager

Pour pouvoir sortir du pays, il leur faut en effet l’accord de leur tuteur sur une petite feuille jaune, sans quoi elles peuvent se gratter. Mais le scandale ne s’arrête pas là. Quand une femme sort du territoire, son gardien reçoit immédiatement un texto pour le prévenir. Il fallait y penser quand même.

3. Depuis 2015 seulement, les femmes ont le droit de vote et d’éligibilité aux élections municipales

Cela fait suite aux mouvements populaires du Printemps arabe, et c’est une sacrée bonne nouvelle car cela a permis à 14 femmes d’être élues. Bon il faut savoir que seulement 130 600 femmes étaient inscrites sur les listes électorales face à 1,35 millions d’hommes et que sur les candidatures validées on en comptait 6000 masculines et 1000 féminines. Ces dernières ne pouvaient par ailleurs s’exprimer que derrière une cloison ou passer par un homme en guise de porte-parole. Bref c’est pas la folie non plus.

4. Elles ne peuvent pas faire n’importe quel métier

Outre le fait qu’elles doivent avoir l’accord de leur tuteur pour travailler, elles n’ont toutefois pas le droit de travailler n’importe où. Pour rappel, elles ne peuvent communiquer avec les hommes donc de base, elles n’ont pas le droit d’être en contact avec le public (sauf dans un établissement scolaire ou médical). Seuls les magasins de lingerie n’embauchent que des femmes et ce depuis peu. Les secteurs de l’optique et du paramédical leur ont également ouvert leurs portes récemment. En revanche pour ce qui est de la politique, de l’architecture ou de l’ingénierie, on repassera plus tard.

5. Elles ne peuvent pas s’habiller comme elles veulent

TOUTES les femmes en Arabie Saoudite qu’elles soient Saoudiennes ou étrangères doivent porter le Habaya qui cache la quasi totalité du corps et l’intégralité des cheveux. Si tu ne portes pas ça c’est un peu comme si tu te baladais en string en France.

6. Se mélanger avec les hommes

Interdiction d’avoir des contacts en public. Ça veut pour les hommes comme pour les femmes bien sûr, égalité, YAY. Du coup il faut imaginer un monde où hommes et femmes n’ont jamais le droit de rentrer en contact. Un magasin qui emploie des hommes et des femmes sera ainsi obligé d’ériger un mur de séparation, dans les entreprises une entrée séparée s’impose, et certains lieux publics ou transports en commun ne sont permis que sur certaines plages horaires en fonction des sexes. Très pratique tout ça.

7. Signer un contrat de travail

Encore une fois, le tuteur doit valider ou non ton contrat. C’est pas pour rien que les femmes représentent seulement 23 % des travailleurs saoudiens. Dans la fonction publique ce taux ne dépassent même pas les 5 %. Quoi qu’il en soit, les règles drastiques de mixité participent tout autant à l’absence des femmes dans le monde du travail. C’est sûr que si tu ne peux pas communiquer avec des hommes alors qu’ils sont majoritaires dans le travail, tu ne peux pas vraiment travailler.

8. Témoigner devant un tribunal

Bon, là j’avoue j’exagère, je suis mauvaise langue, je dépasse les bornes. En fait, les femmes ont tout à fait le droit de témoigner devant un tribunal. C’est juste que face à un homme leur voix compte deux fois moins. Mais, mais mais… elle compte quand même ! Allez, prends ça et mange les miettes.

9. Elles ne peuvent pas faire de sport à l’école

Bah non enfin le sport c’est un truc de garçon ! À ce jour seuls les établissements privés autorisent l’accès à l’éducation physique et sportive pour les jeunes Saoudiennes et seulement si elles sont habillées « correctement » (je vous laisse imaginer à quel point ça doit être pratique de faire une partie de basket en niqab). En 2012 on comptait pour la première fois aux Jeux olympiques 2 Saoudiennes, le nombres de participantes a été doublé aux derniers JO de Rio.

10. Se marier avec qui elles veulent

Boah, on n’est plus à ça près après tout.

Tout ça pour dire que nous sommes ravis pour les Saoudiennes pour ce nouveau droit qui s’ouvre à elle (bien trop tard), mais qu’il faut continuer le combat.

Sources :

Le Figaro

Europe 1

Wikipédia : élections municipales saoudiennes de 2015

Hey, tu fais quoi mardi prochain ? La Topito Comedy Night reprend pour une nouvelle saison. Réserve tes places.

via topito.com