Top 10 des homonymes historiques de politiques, l’histoire se répète

Quand on se penche sur le glorieux passé du monde, on y apprend que l’histoire se répète. Ainsi, Macron n’est pas le premier Macron à trahir son mentor pour prendre le pouvoir et Manuel Valls aurait des leçons de bégaiement à prendre de son homonyme catalan. Et ce n’est pas Eduardo de Filippo qui va nous contredire.

1. Macron, préfet du prétoire romain

Né en 21 avant notre ère et mort 5 ans après Jésus (en 38), Macron était un préfet du prétoire romain. Il a intrigué comme un dingue pour rentrer dans les bonnes grâces de Caligula, allant même jusqu’à être soupçonné d’avoir flingué l’empereur précédent, Tibère, et d’avoir fait casser une disposition testamentaire favorisant son jeune fils pour permettre à Caligula de monter sur le trône.

Macron sera ensuite trahi par Caligula qui l’obligera à se suicider avec son épouse. Cela diverge avec l’histoire moderne, puisqu’Emmanuel Macron a poignardé son ancien mentor François Hollande dans le dos pour lui chourer la présidence.

2. François Coppée, poète du XIX°

Né en 1842 et mort en 1908, François Coppée était l’un des poètes les plus en vue du Paris du XIX°. Académique et tourné vers la poésie quotidienne, il ne tenait pas les Verlaine et autres Rimbaud en haute estime et se montrait plutôt conservateur en matière littéraire et poétique. Genre conservateur conservateur, d’un conservatisme décomplexé et lyrique. Un peu comme Jean-François Copé quand il joue du piano à Meaux.


Crédits photo (creative commons) : MEDEF

3. Eduardo de Filippo, homme de théâtre et de cinéma italien

Né en 1900 et mort en 1984, Eduardo De Filippo a bien failli choper le prix Nobel de littérature pour son oeuvre dramatique. On pourrait donner dans le parallèle à la con façon « la politique est un théâtre » ; sauf que Filippo allait plus loin, puisqu’il disait : « Il n’y a pas de langage unique pour le théâtre ; sans compter qu’il est aussi langage personnel. ». Remplacez langage par engagement et vous aurez toute la trajectoire récente de notre tout nouveau Premier ministre, Edouard Philippe.


Crédits photo (creative commons) : Jonathan blanc 76

4. François Barois, sculpteur français

François Barois a vécu de 1656 à 1726 à Paris. Sculpteur, il a terminé bon deuxième du prix de Rome en 1682, battu par Nicolas Coustou. Bon deuxième. Un peu comme François Baroin, éternel deuxième-choix-pour-le-poste et qui se lance actuellement à l’assaut de Matignon avec une bonne chance de terminer deuxième-choix-pour-le-poste.


Crédits photo (creative commons) : Anonymous42

5. François Filiol, prêtre catholique

François Filiol a porté la soutane entre 1764 et 1793. Prêtre catholique et martyr de la Révolution française, il est probablement une source d’inspiration éternelle pour son paronyme François Fillon, catholique soutenu par les prêtres et martyr de la République.


Crédits photo (creative commons) : Rama

6. François Holandre, médecin

Né en 1753, François Holandre devient chirurgien militaire, avant d’être nommé conservateur du cabinet de curiosité d’un duc. Il s’occupa aussi, sous l’Empire, de questions budgétaires. Cabinet de curiosité, équilibre budgétaire : ça ne vous rappelle personne ?


Crédits photo (creative commons) : COP Paris

7. Manuel Valls Bernat, scénariste

Né en 1952, le scénariste et écrivain Manuel Valls Bernat explore depuis 30 ans la question de l’intégration des immigrés dans la société espagnole, avec un accent mis sur la tolérance et l’échange des cultures. Bref, un truc assez éloigné du catéchisme laïcard défendu par l’autre Manuel, celui qui est prêt à tout pour avoir un poste.

52  Manuel Valls

8. Alexandre Corbière, notaire et banquier

A l’inverse d’Alexis Corbière, numéro 2 de la France Insoumise, Alexandre Corbière, né le 3 mars 1804 sentait bon la bourgeoisie : notaire, banquier et maire d’Alençon. Il aida au développement des mutuelles dans une logique plutôt à gauche et vécut une faillite bancaire, dans une logique plutôt à droite.


Crédits photo (creative commons) : Tristan34

9. Robert Maynard, lieutenant britannique

Né en 1683 dans le Kent, Maynard s’engage dans la marine et atteint le grade de lieutenant. Il est notamment connu pour avoir affronté, battu et tué Barbe Noire, le célèbre pirate. Et on sait que Robert Ménard ne les aime pas trop, les barbes noires, hein, et qu’il les tuerait bien, même


Crédits photo (creative commons) : Pablo029

10. Le lac Cheminade

Le lac Cheminade, situé au Canada, recueille à peu près autant de suffrages que Jacques Cheminade, situé dans les étoiles.


Crédits photo (creative commons) : Julien Lemaître

Belle empoignade en perspective quand ils s’affronteront tous dans les urnes.

via topito.com