Top 10 des oiseaux qui ne savent pas voler, ces gros bouffons ailés

Il y a bien longtemps, dans notre galaxie, sur terre, tous les oiseaux pouvaient voler. C’était le bon vieux temps car l’Homme n’avait pas encore mis le bordel. Progressivement néanmoins, Mère Nature décida de retirer le permis de voler à certains oiseaux. À la place, elle leur donna la capacité de courir à toute vitesse ou de nager. On dénombre une quarantaine d’espèces d’oiseaux incapables de voler. Des connus et des moins connus. Florilège…

1. L’autruche

Une grosse feignasse qui est incapable de voler. Pourtant elle a de grandes ailes. Le truc, c’est que l’autruche est grosse. Jusqu’à 200 kg. C’est le plus gros oiseau du monde. Et si elle ne vole donc pas, elle court. Très vite. En moyenne à 70km/h et en pointe jusqu’à 97 km/h.

Autruche #autruche #struthionidae #struthiocamelus #strutio_camelus

A post shared by nicolas alric (@nicolas.alric) on

2. Le manchot

Les ailes du manchot ne lui servent pas à voler. Il en est tout bonnement incapable. Il sait faire plein d’autres trucs, comme danser (enfin si on en croit le film Happy Feet), mais pas voler. Le pingouin, avec lequel on le confond souvent, lui par contre, vole.

3. Le râle atlantis

On ne trouve ce petit oiseau dépourvu d’ailes qu’à un seul endroit du globe, à savoir l’Île inaccessible de l’archipel Tristan da Cunha, dans l’Atlantique Sud. En toute logique, le râle ne migre pas. Lui aussi court très vite. C’est d’ailleurs à peu près sa seule défense contre les prédateurs.

Crédits photo (creative commons) : Brian Gratwicke

4. Le cormoran aptère

En voilà un qui n’a pas gagné au change dans le grand jeu de l’évolution. Avant, il pouvait voler mais au fil des siècles, il a perdu cette capacité. À la place, il nage. On le trouve dans les Galapagos. Une espèce menacée de toutes parts, par l’homme notamment, en voie de disparition donc extrêmement rare. Le fait qu’il n’y ait que 3 pontes maximum par an n’aide pas…

6. Le strigops kakapo

Une espèce de perroquet lui aussi sévèrement menacé et lui aussi originaire de Nouvelle-Zélande. Seule une centaine d’individus subsiste… Un gros oiseau donc, qui compense l’inutilité de ses ailes par une capacité étonnante à l’escalade. Il peut par exemple rallier le sommet des plus hauts arbres puis s’élancer dans les airs pour planer un court moment avant de regagner le sol. Un oiseau adepte du BASE jump en somme.

7. Le Grèbe microptère

Avec ses ailes minuscules, cet oiseau adepte des lacs boliviens et péruviens, aime l’altitude et les lacs. Il adore aussi la poiscaille et vu qu’il nage et plonge comme un pro, c’est quand même bien pratique. Le grèbe ne sait peut-être pas voler mais il sait se servir de ses ailes pour tracer sous l’eau !

Endangered, flightless, Titicaca grebe.

A post shared by Susan Ware (@susanwhere) on

8. La sarcelle de Campbell

Un autre oiseau de Nouvelle-Zélande, qui est décidément riche en oiseau pas foutus de voler. La sarcelle de Campbell est donc un petit canard à l’histoire particulièrement mouvementée. Car il fut un temps où on pensa avoir définitivement perdu la sarcelle. Dans les années 1800, quand les chasseurs de baleines accostèrent sur ses terres, ce pauvre oiseau dut faire face à une massive prolifération de rats. Très vite, il ne resta plus aucun canard. Jusqu’au jour où on en découvrit quelques-uns sur Dent Island et il fut possible de le protéger pour lui permettre d’à nouveau se développer. Ouf !

9. Le Takahé du Sud

Puisqu’on est bien en Nouvelle-Zélande, autant y rester et faire la connaissance du takahé. Un bel oiseau aux reflets bleutés, qu’on croyait éteint jusqu’au jour où il refit surface. Pour marquer le coup, on créa même une zone protégée pour le préserver. Et ça a plutôt bien fonctionné vu que sa population n’a fait qu’augmenter depuis.

10. Le Casuariidae

Cette sorte de paon sans queue ferme la marche des oiseaux incapables de voler. On en trouve en Nouvelle-Guinée et en Australie et il est impossible de les rater vu qu’ils se trimbalent avec une grosse proéminence sur la tête. À noter que le casuariidae n’a aucun prédateur naturel. À part l’homme bien sûr, qui ne sait pas non plus voler mais qui sait très bien tuer des espèces rares…

On a failli mettre le poulet, mais on a préféré se la jouer exotique…


via topito.com