Top 10 des photos du Wildlife Photographer of the Year 2015,

1

On saura le 13 octobre les noms des cent photographes vainqueurs du concours Wildlife Photographer of the Year 2015. En attendant on peut toujours admirer ces quelques clichés finalistes, révélés par IBTimesUK et sélectionnés parmi 42 000 propositions. Et même que c’est très joli.

  1. Komodo Judo, de Andrey Gudkov
    Ces gros lézards qu’on appelle dragons de Komodo, mais qui ne sont pas des vrais dragons, sinon vous les verriez se cramer la gueule à tour de rôle au lieu de faire la bagarre à mains nues. Parce que oui, on pourrait croire comme ça qu’ils se font la bise, en fait, ils sont en train de se taper sur la gueule sévère.

    1

    Crédits photo : Andrey Gudkov

  2. The shark surfer, de Thomas Peschak
    Cette photo a été prise près de Durban en Afrique du sud. Ne vous en faites pas trop pour le surfeur, sa planche était équipée d’un petit dispositif électromagnétique qui a foutu les chocottes au requin sitôt activé.

    1

    Crédits photo : Thomas Peschak

  3. Gorilla care, de Marcus Westberg
    La photo a été prise dans un parc de République Démocratique du Congo, qui abrite des chimpanzés orphelins. Ces derniers ont créé des liens très très forts entre eux. Par exemple, ce ptit choupi vérifie que le check-up de sa douce se passe comme il faut.

    1

    Crédits photo : Marcus Westberg

  4. Natural Frame, de Morkel Erasmus
    Le sud-africain Morkel Erasmus s’est caché dans un bunker au ras du sol posé à côté d’un point d’eau du parc Etosha, en Namibie. Il avait pas vraiment prévu que la famille Éléphant squatterait le devant de la scène, mais comme ça lui permet d’être finaliste Noir et blanc, il est content.

    1

    Crédits photo : Morkel Erasmus

  5. Stork art, de Francisco Mignorante
    Le truc chelou sur lequel les oiseaux ont fait leur nid, c’est une oeuvre d’art de l’artiste allemand Wolf Vostell, à Caceres en Espagne. Francisco Mignorante, l’auteur de la photo, est finaliste dans la catégorie Vie sauvage urbaine, la catégorie double difficulté quand on sait que, non seulement les cigognes étaient moyen chaudes pour prendre la pause, mais que le photographe a aussi du demander à baisser les lumières citadines pour voir un petit peu les étoiles.

    1

    Crédits photo : Francisco Mignorante

  6. Jagged peace, de Floris Van Breugel
    Ce cliché a été pris en Argentine, et plus précisément en Patagonie, parce que oui, il n’y a pas que du sable et des cactus en Amérique latine.

    1

    Crédits photo : Floris Van Breugel

  7. It came from the deep, de Fabien Michenet
    Fabien a pris cette photo 20 mètres sous la surface, alors qu’il plongeait à Tahiti. On pourrait croire qu’il s’est retrouvé face au cracken, mais en vrai cette pieuvre est encore tout bébé et mesure à peine deux centimètres. Elle est toute transparente pour mieux se camoufler dans l’océan (malin).

    1

    Crédits photo : Fabien Michenet

  8. Great egret awakening, de Zsolt Kudich
    Cette photo a été prise aux aurores sur les rives du Danube en crue. Les oiseaux qu’on voit sont des grandes aigrettes et même que maintenant, grâce au titre vous saurez aussi le dire en anglais. Alors qu’elles becquetaient de la grenouille tranquilou un aigle est venu semer un peu la pagaille, ce qui nous vaut le très joli fond tout flou.

    1

    Crédits photo : Zsolt Kudich

  9. Snow hare, de Rosamund Macfarlane
    Ce petit lapin vit dans les montagnes d’Ecosse et change de couleur en fonction de la température, pour un camouflage toujours au top. Il se reposait tranquilou avec sa petite copine et la photographe a du attendre plusieurs heures allongée dans la neige avant qu’ils ne bougent leur boule et commencent à boulotter, comme sur la photo.

    1

    Crédits photo : Rosamund Macfarlane

  10. To drink or not, de Carlos Perez Naval
    Le petit Carlos (parce que oui, Carlos a moins de dix ans, et il prend des plus belles photos que vous) était sur une plage de Californie avec sa mifa quand il a assisté au drame. Un pauvre petit écureuil d’amour tout assoiffé face à une saleté de mouette qui monopolisait le point d’eau sans vergogne.

    1

    Crédits photo : Carlos Perez Naval

Vous avez un petit préféré ?

Source : Fubiz


via topito.com