Top 10 des réactions les plus improbables des perdants des législatives, salut les losers

La lose, c’est un état d’esprit. Il ne suffit pas seulement de perdre pour l’avoir ; il faut s’insérer dans une démarche d’auto-humiliation sans avoir peur du ridicule. Prenez par exemple Guaino, manifestement très mécontent d’avoir été éliminé à Paris. Il ne blâme pas la conjoncture, il ne blâme pas ses opposants, il ne se blâme pas lui-même ; non, il considère que les électeurs étaient des connards. Ça, c’est un bel exemple de lose.

1. Henri Guaino (ex-LR) – 4,5% dans la deuxième circonscription de Paris

Parfois, un bon discours sur BMF TV vaut mieux que mille commentaires :

« L’électorat qui a voté aujourd’hui dans la 2e circonscription de Paris est, à mes yeux, à vomir. Vous m’entendez bien, à vomir. »

« Entre les bobos d’un côté, qui sont dans l’entre-soi de leur égoïsme (…) Et puis il y a cette espèce de bourgeoisie traditionnelle de droite. Celle qui va à la messe, qui amène ses enfants au catéchisme et qui après vote pour un type qui pendant 30 ans s’est arrangé, a triché par tous les moyens (…) (Cette bourgeoisie) un peu pétainiste, vous savez tous ces gens qui ont voté à la primaire de la droite. »

Kamikaze-Guaino. Le type se fait sauter en direct tout en annonçant qu’il renonce à la politique.

2. Jean-Christophe Cambadélis (PS) – 8,6% dans la seizième circonscription de Paris

« Si cette majorité absolue est encore amplifiée lors du second tour, elle sera sans opposition réelle et nous aurons donc une assemblée nationale sans véritable pouvoir de contrôle, sans débat démocratique digne de ce nom. »

Pour rappel, en 2012, le PS que Cambadélis représente vilipendait cet argument qui était dans la bouche de tous les membres de l’UMP.

3. Thierry Mariani (LR) – 18,78% des voix dans la onzième circonscription des Français de l’étranger

Les Français sont trop méchants trop méchants trop méchants et même pas un peu reconnaissants pour le boulot accompli. VILAINS FRANÇAIS !

4. Stéphane Ravier (FN) – qui ne se présentait nulle part parce qu’il est sénateur

Bravos les gens, bravo d’avoir préféré la viande au vote, super, et à cause de vous on est trop triste, mais ne venez pas vous plaindre, hein, vous aviez qu’à lire l’histoire de Pierre et le loup plus attentivement.

5. François Lamy (PS) – 9% dans la première circonscription du Nord

Attention, on va désigner les responsables… 1, 2, 3 : C’EST HOLLANDE ET VALLS !

Les frondeurs frondent même quand il n’y a plus personne contre qui fronder.

6. Benoît Hamon (PS) – 22,61% dans la onzième circonscription des Yvelines

Plutôt beau joueur le soir de la défaite, Hamon poste ce matin une photo de Sisyphe, héros grec condamné à faire rouler une pierre jusqu’en haut d’une montagne éternellement pour avoir osé défié les dieux. Les dieux se reconnaîtront. Hamon, lui, se pose en reconstructeur qui foire.

7. Nicolas Bay (FN) – 22,78% dans la sixième circonscription de Seine-Maritime

« Nous allons demander un recomptage des voix compte tenu du très faible écart ».

Traduisez : « Non, j’ai pas perdu, non, j’ai pas perdu, je ne veux pas croire que j’ai perdu, je n’ai pas perdu, nianianianiania je t’écoute pas… »

Ça rappelle vaguement un tribun insoumis un soir de présidentielle.

8. La participation – 48,71% partout en France

« Je reconnais la victoire de l’abstention partout en France avec une majorité écrasante pour les gens qui n’en avaient rien à battre des législatives tellement la gauche est divisée, la droite ridicule et la majorité présidentielle illisible. J’en tire les conséquences en me préparant à être encore plus faible au second tout. Zoubis. »

Une déclaration accablante.

Il faut savoir être digne dans la défaite. En mettant le menton en l’air, par exemple.

via topito.com