Top 11 des plus gros génocides d’animaux dans l’Histoire, bien fait pour votre gueule

On voit partout sur internet et même dans la vraie vie que les animaux sont mignons, qu’ils sont choux, qu’il ne faut pas les bouffer, que les tuer c’est mal et que l’amour c tro bow kwa. Bande de niais. Une bonne espèce animale est une espèce morte (ou presque morte).

1. Les chats sauvages en Australie

Le gouvernement australien s’apprête à engager des mesures drastiques contre plus de 2 millions de chats sauvages qui seraient responsables d’extinction de plusieurs espèces de la faune locale. Etant allergique aux chats je suis bien content, en plus ça passe super bien au barbecue avec des petites herbes de Provence. N’oubliez pas de filmer ça les gars, les vidéos de chats font un malheur sur Youtube.


Source photo : Giphy

2. L’extermination de macaques par injection au Japon

Récemment, un zoo japonais de la banlieue est de Tokyo a euthanasié 57 singes qui avaient des gênes un peu trop « impurs » selon les responsables. En effet, le zoo pensait détenir 164 macaques japonais de sang pur, mais après quelques recherches approfondies, on s’est rendu compte que parmi eux se cachaient des macaques impurs. Ceux-ci présentaient des caractéristiques génétiques des macaques rhésus, espèce considérée au Japon comme exotique envahissante. Afin d’éviter la contamination des autres singes, on les a tout simplement piqués. Bande de nazis.

if(isMobile()) sas.render(‘45340’);

3. La chasse à la baleine

Je ne vais surprendre personne, qui ne connait pas Moby Dick de Herman Melville ? Dès le début du XIXème siècle, la chasse à la baleine se multiplie tout autour du globe. Les baleiniers fendent les flots et s’attaquent à ces pauvres cétacés à coups de harpons pour leur chair et la fameuse huile de baleine. Malheureusement, malgré l’interdiction de la chasse commerciale à la baleine entrée en vigueur en 1986, certains pays continuent ces pratiques pour le fun.

4. Les tigres de Tasmanie

Ces jolis bestiaux ressemblaient plus à des chiens tigrés qu’à de gros félins. Ce sont en fait des marsupiaux carnivores qui vivaient en Australie et en Tasmanie. L’espèce a été complètement massacrée par les fermiers locaux qui les considéraient nuisibles pour leurs élevages et leurs récoltes. Le dernier spécimen connu aurait été tué en 1930 après un siècle de chasse intensive.

5. La guerre des émeus

Probablement l’une des guerres les plus absurdes de l’Histoire, la guerre contre les émeus est déclenchée en 1932 par l’armée australienne. Une colonie de près de 20 000 émeus menace les récoltes et l’agriculture des environs. L’armée, piquée au vif par cette menace de poids, lance ses forces dans une guerre sanglante contre ces pauvres volatiles qui n’avaient rien demandé. Les pertes du côté animal sont évaluées à plus de 2500 victimes. Cependant, après un mois de conflit acharné, l’armée australienne finit par battre en retraite. PAR BATTRE EN RETRAITE. Contre des oiseaux putain. Remarque je fais le mariole mais moi, les pigeons me foutent déjà les jetons.

6. Les dodos

Probablement le génocide animal le plus célèbre, le dodo a été chassé jusqu’à l’extinction et ce, en seulement 100 ans. Belle perf’ les chasseurs. On sait pas trop pourquoi cet oiseau coureur inoffensif au nom sympatoche a été exterminé. De toute façon les dodos étaient tous fan de Louise Attaque et des blagues de Toto alors personne ne les regrettera.


Source photo : Giphy

7. Les quagga

Espèce hybride originaire d’Afrique du Sud, le quagga ou couagga est une sorte de mélange entre un zèbre et un cheval. Chassé principalement pour sa fourrure, qui, faut l’avouer, claquerait sur ton canap’, le quagga est aussi prisé pour sa viande. Le dernier spécimen connu est mort en captivité au zoo d’Amsterdam en 1883, et a fini en tapis dans un bordel de la capitale.

8. La chasse aux chiens errants

En Roumanie, dans les années 2000 et début 2010, les chiens errants pullulaient dans les rues de Bucarest et des alentours. L’Etat a alors mis en place une politique de capture et d’euthanasie de ces nuisibles. Sauf que cette traque est allée bien plus loin, et certains cas de dognapping de chiens vaccinés ou sur des terrains privés ont été répertoriés. Dans ta gueule le meilleur ami de l’Homme.

9. La rhytine de Steller

Sorte de cousin du lamantin, la rhytine de Steller est une espèce découverte en 1741 dans le Pacifique Nord par l’explorateur du même nom. Elle est surnommée vache des mers en raison de son alimentation, principalement composée de varech. Petit record d’extinction car il aura fallut seulement 27 ans à l’Homme pour exterminer tous les représentants de l’espèce, qui s’éteint ainsi en 1768. Comme ça, pour le sport et le divertissement. En même temps les salles de sport et Netflix n’existaient pas, fallait bien s’occuper.

10. La tourte voyageuse

La tourte voyageuse, loin d’être une spécialité culinaire volante, est une espèce de pigeon vivant en Amérique du Nord au XVIIIème siècle. L’espèce est composée d’innombrables individus, un peu comme nos pigeons à nous, ceux qui se font une joie de flinguer la carrosserie de ta bagnole. Mais ces tourtes sont considérées comme nuisibles aux récoltes par les colons qui commencent à les chasser. En plus leur viande s’avère délicieuse, et leur nombre est tel que d’après le théorème de l’offre et de la demande, elle ne coûte que dalle. La tourte devient donc un des plats les plus prisés par les esclaves et les pauvres gens, jusqu’à son extinction en 1896.


Source photo : Giphy

11. Le bubale d’Afrique du Nord

Comme son patronyme l’indique, le bubale d’Afrique du Nord est originaire d’Afrique du Nord. C’est dingue hein ? Dès l’Antiquité, les Égyptiens avaient pour habitude de les sacrifier pour des rituels, exterminant déjà pas mal d’individus, parce que vu la taille du Panthéon égyptien, y’avait de quoi en faire des sacrifices. Puis les européens sont arrivés, et là, ils ont découvert le plaisir de tuer ces petites bestioles pour la viande, mais surtout pour le sport.

Je tiens à remercier les Australiens sans qui j’aurais galéré à remplir ce top.

Source : mnn

if(isMobile()) sas.render(‘45341’);


via topito.com